• bsoccol

Je suis certain que demain sera plus radieux qu’aujourd’hui !


Questions à Olivier Richefou, Président du Conseil départemental de la Mayenne Comment les services du département de la Mayenne s’organisent-ils pendant cette période de crise et de confinement ? Avez-vous encore les moyens d’assurer les fonctions essentielles du département ?

J’ai fait le choix d’appliquer le plus strictement possible la règle de confinement à l’ensemble des personnels du Conseil départemental et je m’y suis astreint à titre personnel, depuis le premier jour. Nous avons maintenu les services indispensables auprès de nos concitoyens, grâce à la mobilisation exceptionnelle de nos agents. En Mayenne, nous avons beaucoup dématérialisé nos dossiers et nos procédures ; ce qui facilite le télétravail pour la majorité de nos agents. Le département est gestionnaire d’établissements ou de services, accueillant des personnes âgées ou handicapées, de collèges, de SDIS (Service Départemental d’incendie et de secours)… Comment assurez-vous aujourd’hui l’accompagnement des personnes les plus fragiles ?

L’accompagnement des personnes les plus fragiles est notre priorité. Aujourd’hui, c’est grâce à l’engagement humain de nos équipes que nous assurons cette mission essentielle. Nous avons, sur la base du volontariat, mobilisé des personnels disponibles, notamment des collèges et des matériels, tels que des ordinateurs pour accompagner aux mieux ces établissements. La loi NOTRe interdit aux départements d’intervenir dans le champ économique. Pourtant, de nombreuses entreprises se trouvent aujourd’hui en difficulté, confrontées aux conséquences de la pandémie du Covid-19. Envisagez-vous de déroger à cette loi et d’accompagner les mesures économiques annoncées par l’État et les régions ?

La sortie de cette crise va nécessiter une mobilisation de tous les acteurs publics. Personne ne comprendrait que notre réponse, au-delà de nos compétences naturelles en matière de solidarité, n’intègre pas la dimension économique qui va être un sujet majeur. J’ai donc décidé, en lien avec les élus de la majorité, de débloquer un budget exceptionnel tourné vers les entreprises. Nous le ferons, bien sûr, en bonne intelligence avec la Région et les Intercommunalités qui sont nos interlocuteurs naturels. De même, après la fermeture de nombreux marchés dans le département et ses conséquences sur beaucoup d’entreprises et une partie de la filière agricole, allez-vous, aux côtés de la CCI, étudier des plans d’aide et de soutien à cette filière ?

Nous sommes en lien permanent avec les organisations agricoles et nous avons réussi à obtenir de notre préfet un regard bienveillant sur les marchés qui ont été organisés, afin de respecter parfaitement cette fameuse distanciation sociale. Nous avons, en revanche, un regard particulier en cours sur la filière équine, concernée par l’arrêt des courses hippiques. Une fois la crise passée, quelles initiatives comptez-vous prendre pour relancer l’économie et l’attractivité de votre territoire ?

Il faudra une mobilisation de tous les acteurs publics et privés pour sortir de cette crise. Le conseil départemental, dans un territoire rural comme la Mayenne, aura un rôle central et nous serons à la manœuvre avec enthousiasme, car je suis certain que demain sera plus radieux qu’aujourd’hui !

0 vue0 commentaire