• bsoccol

Il faut un nouvel acte fort de décentralisation pour moderniser notre pays


Interview de M. Laurent Hénart, maire de Nancy 1) François Baroin a rappelé récemment que les maires sont en première ligne dans cette crise sanitaire. Nancy est l’une des premières villes en France à créer 4 centres de soins spécialisés. Pouvez-vous nous détailler ce dispositif ?

Avec l’appui de l’Agence Régionale de Santé du Grand Est, la Ville de Nancy a ouvert un premier gymnase avec les médecins libéraux et en a préparé trois autres qui seront mis à leur disposition, s’ils le décident. Ces centres de soins temporaires permettent d’accueillir et de prendre en charge des personnes présentant des symptômes du Covid-19 ou pensant en être atteints. Ce dispositif présente l’intérêt de pouvoir soulager les cabinets en ville et de désengorger les urgences. Il permet de conserver un suivi médical habituel des autres malades dans les cabinets. Enfin, cela permettra rapidement de commencer à dépister progressivement toute la population, ce qui est indispensable pour sortir de l’épidémie. 2) Parmi les mesures mises en place à Nancy il y a le dépistage systématique du covid-19 dans les EPHAD. Vous avez expérimenté ce dispositif avec l’accord de l’ARS à l’EPHAD « notre maison ». D’autres établissements vont-ils bénéficier de ce dispositif ?

Effectivement j’ai souhaité que l’on puisse pratiquer un dépistage systématique à l’EHPAD Notre-Maison. C’est une expérimentation, dans le cadre fixé par l’État, et avec le soutien du labo nancéien AtoutBio. L’objectif est d’abord d’assurer la sécurité des personnes les plus fragiles, notamment nos aînés, et des personnels. L’idée est, bien entendu, d’élargir ce dépistage. C’est pourquoi ce protocole a d’ores et déjà été transmis à toutes les maisons de retraites qui nous en ont fait la demande. De plus, l’ARS travaille pour étendre ce dispositif à tous les EHPAD de la Ville de Nancy et du département. 3) Vous avez très tôt mis en place une communication sur les réseaux sociaux, notamment sur Facebook avec un point quotidien d’information. La communication est-elle la nouvelle alliée de l’action ?

Face à un tel choc sanitaire et social, le rôle des pouvoirs publics, qu’ils s’agissent des Préfets, des élus locaux ou de l’Hôpital public, est d’agir et d’informer sur la situation. Il est indispensable de garder un lien avec les citoyens. C’est ce que nous faisons toutes et tous, avec des dispositifs renforcés. A titre personnel, je faisais déjà des Facebook Live, car cela permet un échange. J’ai estimé que, face à la gravité de la situation et avec les contraintes induites par le confinement, c’était la bonne formule. 4) A l’heure où de nombreux éditorialistes parlent du monde d’après… Pensez-vous que le monde d’après se construira au plus près des territoires ?

Cette crise nous montre une fois encore combien les territoires et les élus locaux jouent un rôle capital de proximité, de dialogue, de règlement des problèmes en direct avec les populations. Nous en parlions déjà pendant la crise des Gilets Jaunes : il faut un nouvel acte fort de décentralisation pour moderniser notre pays. Cela fera partie des sujets essentiels à régler une fois que nous aurons réglé collectivement cette crise sanitaire.

0 vue0 commentaire