• bsoccol

Comment une pépite française se mobilise dans la lutte contre le Covid-19…


Interview du Docteur Pierre-Fleury Chaillot, radiologue associé d’Imadis et membre du comité de direction et du Docteur Vivien Thomson, radiologue co-Fondateur et Président d’Imadis. Pouvez-vous nous présenter votre société IMADIS ?

Imadis (www.imadis.fr) est une société médicale de téléradiologie, spécialisée dans l’urgence en imagerie médicale, créée en 2009, par 5 radiologues lyonnais. Composée d’une équipe médicale et administrative robuste, Imadis assure depuis deux centres de garde dédiés (Lyon et Bordeaux depuis 2018), l’interprétation à distance de tout ou partie des examens d’imagerie d’urgence réalisés localement au sein de nos centres hospitaliers partenaires. En un peu plus de 10 ans, plus de 450.000 examens ont été interprétés depuis nos 2 centres de garde. Quelle est la place de l’imagerie médicale dans cette crise sanitaire du Covid-19 ? Cette place est primordiale, grâce à l’imagerie scanner. Le scanner thoracique a en effet montré depuis quelques semaines une très forte sensibilité dans le diagnostic de pneumopathie virale à Covid-19. Du fait de son accessibilité très simple et de sa rapidité d’acquisition et d’interprétation, il a été réalisé en première intention en Chine début 2020, et il est maintenant aussi réalisé en première intention dans de très nombreux centres hospitaliers français, afin d’orienter au plus vite les patients dans des unités dédiées. Le pronostic de cette maladie à coronavirus étant en grande partie lié aux complications pulmonaires, le scanner thoracique est aussi utilisé en routine à la recherche de complications (embolie pulmonaire, syndrome de détresse respiratoire aigüe…) chez des patients hospitalisés notamment en réanimation. Votre structure interprète des examens d’imagerie d’hôpitaux de France métropolitaine et de certains DOM-TOM, ce qui vous donne une large vue de l’épidémie de notre pays. En quoi cette épidémie a-t-elle changé votre activité ?

Au fur et à mesure de l’installation de cette épidémie, notamment en France métropolitaine, nous avons constaté une modification majeure de l’imagerie des urgences. Tout d’abord, dès le dimanche 15 mars, nous avons constaté une diminution globale de l’imagerie des urgences. Cette diminution s’est confirmée sur les jours suivants, associée à une augmentation progressive du nombre et de la proportion de scanners thoraciques réalisés. Alors que ce pourcentage était historiquement stable, – estimé à environ 10 % -, 40% de scanners interprétés à Imadis sont actuellement des scanners thoraciques. Dès les premiers cas sur notre sol, nous avons créé sur notre plateforme téléradiologique ITIS une filière dédiée à ce Covid-19, permettant d’une part de bien cadrer le recueil des informations cliniques indispensables (délai de début des symptômes, comorbidités…), et d’autre part (au travers d’un compte rendu scanographique structuré) de guider les téléradiologues dans la rédaction de leurs comptes-rendus, tout en homogénéisant nos pratiques. Devant l’émergence de cette maladie aux signes radiologiques très particuliers, nos radiologues experts en imagerie thoracique ont très vite mis à disposition de l’ensemble de notre équipe, différents cours et tutoriels pour permettre une montée en puissance globale de chacun. Toutes ces mesures ont été initiées et supervisées par le « comité scientifique covid Imadis » créé dès le 13 mars dernier. Ce comité dirige également un travail scientifique d’envergure sur l’ensemble de cette filière covid-imadis. Vous parlez de signes radiologiques très particuliers. Quelle a été la plus grande surprise dans la découverte de l’imagerie de cette maladie ?

Deux points déroutants pour nous, radiologues urgentistes :

  • La découverte en urgence d’une nouvelle maladie, avec ses signes spécifiques en scanner

  • La présence parfois de signes de pneumopathie virale Covid-19 chez des patients totalement asymptomatiques, pour lesquels une imagerie a été réalisée pour une autre raison, notamment dans le cas de douleurs abdominales inexpliquées.


0 vue0 commentaire